Produits de nettoyage écologique : pour ou contre

C’est avec le boom des services d’entretien ménager que le nettoyage écologique a fait son apparition. Très vite, cette méthode de nettoyage, réputée respectueuse de l’environnement en raison du recours à des produits écologiques, a connu un franc succès.

 

Aujourd’hui, leur ampleur est d’ailleurs telle que de nombreuses familles recourant aux entreprises de nettoyage résidentiel sont tentées de choisir cette option. Cependant, connait-on réellement les implications d’un tel choix ? Voici les pour et les contre des produits de nettoyage écologique.


Les pour du nettoyage écologique

Si les produits de nettoyage écologique connaissent autant de succès, c’est parce qu’ils sont décrits comme des options vertes. Elles sont composées essentiellement d’ingrédients respectueux de l’environnement et respectueux de la santé. Ce qui les oppose d’emblée aux produits de nettoyage classique.

Des composants écologiques

Avant l’essor des produits de nettoyage écologique, la plupart des produits nettoyants disponibles sur le marché avaient pour principal objectif la recherche d’efficacité. Les produits désinfectants devraient être capables de débarrasser des microbes, avec des promesses d’efficacité de 99,99% parfois. Quant aux produits dégraissants, ils devraient être capables de vous débarrasser des couches de graisses les plus tenaces en un seul coup d’éponge. Il en est de même pour les produits anti-tartes ou les détachants.

 

Pour tenir de telles promesses, les fabricants n’hésitaient pas à utiliser des composants pour la plupart très corrosifs. Il n’est pas rare de trouver dans les rayons « entretien » des magasins des produits nettoyants fabriqués avec de l’ammoniaque. Ce composant, toxique et délicat à manipuler, se montre pourtant très efficace pour détacher la plupart des tâches (sang, encre, herbe, moisissure, etc.).

 

A contrario, les produits de nettoyage écologique sont essentiellement composés d’ingrédients écologiques au titre desquels on peut citer :

  • Le bicarbonate de soude
  • Le percarbonate de soude
  • Le carbonate de calcium
  • Le sesquicarbonate de sodium
  • Le vinaigre alcool blanc bio 8%
  • Le vinaigre ménager 12%
  • Le gel de vinaigre blanc
  • La terre de Sommières
  • Les cristaux de soude
  • L’acide citrique
  • L’eau de chaux
  • Le savon noir
  • La cire d’abeille
  • La pierre d’Argiletz
  • La pierre d’argile
  • Le blanc de Meudon
  • Les copeaux de savon de Marseille
  • Etc.

On retrouve ses ingrédients dans toutes sortes de produits, qu’il s’agisse des blanchissants, des détachants, des détartrants, des dégraissants, des antitaches ou des assouplissants. Leur atout, être 100% biodégradables et non émettrices de gaz à effet de serre.

 

Le respect de la santé et de l’environnement

Le caractère écologique des ingrédients composant les produits de nettoyage écologique a bien des avantages. Le plus significatif étant le total respect de la santé et de l’environnement.

 

Si des composants comme la soude caustique et le triclosan sont réputés pour être sans danger pour la santé, leur impact sur l’environnement est un fait. Or, il s’agit là, pour la plupart, de composants non écologiques de fabrication pétrochimique. Pire encore, ils ne sont ni biodégradables ni solubles.

 

De nombreux cas de produits de nettoyage non écologiques capables de provoquer des brûlures sur les écorces d’arbre ont été déjà rapportés. Ceci en raison de leurs teneurs en agents tensioactifs et en métaux lourds.  Ils ne sont cependant pas grand-chose par rapport aux effets de perturbateurs endocriniens. Ils agissent aussi bien sur les animaux que sur l’homme et d’eutrophisation des cours d’eau.  Pire encore, ces produits contiennent des nanoparticules dont la taille permettrait une infiltration plus rapide dans l’organisme.

 

Les solvants par exemple sont réputés pour être très volatiles. Les vapeurs de carbone, de chlore ou de soufre qui en émanent sont responsables de problèmes pulmonaires dont la diminution de la capacité respiratoire et l’asthme. Leurs effets seraient même comparables à ceux de la cigarette ou des vapeurs de voiture, avec une pollution de l’air de l’ordre de 40%.

 

À cela s’ajoutent d’autres symptômes tels que les maux de tête, les irritations des bronches, le rhume, la grippe, les larmoiements et même le cancer du nasopharynx. Au titre des composants les plus cancérigènes, on retrouve par exemple le formaldéhyde.

 

Il est clair que lorsqu’on a des enfants, des animaux, des personnes âgées ou un potager, les risques de maladie ou d’allergies respiratoires ou cutanées ou encore d’intoxication alimentaire sont bien réels. D’où l’intérêt des produits issus de la chimie verte reposant essentiellement sur des matières premières végétales au lieu de dérivés pétrochimiques, totalement inoffensifs et hypoallergéniques.

Nettoyage bio

Les moins du nettoyage écologique

Au regard de tout ce qui précède, on serait tenté de dire que les produits de nettoyage écologique sont immaculés. Pourtant, derrière cette image de sainteté se cachent deux inconvénients majeurs : leur efficacité et leur coût.

 

Une efficacité relative

La question que de nombreux aspirants aux produits verts se posent, c’est « Est-ce que ça marche vraiment ?». En la matière, le critère de l’efficacité est en effet celui qui oppose d’emblée les nettoyants non écologiques aux produits écologiques. L’histoire de ces derniers en dit d’ailleurs très long sur la question.

 

Il a fallu la naissance du premier label européen  pour nettoyants écologiques en 2003 pour que la cote de popularité de ces derniers se mette à monter en flèche. Pourtant, les produits écologiques existent depuis les années 90. Ce boom se justifie également par la multiplication des discours en faveur de l’écologie, de l’écocitoyenneté et des études relatives aux impacts environnementaux et sanitaires des produits non écologiques.

 

Or, il n’est pas toujours facile pour les fabricants d’allier écologie et efficacité. Car, pour qu’ils soient compétitifs, le discours écologique à lui seul ne suffit pas. Les ménagères ont besoin aussi de produits qui leur facilite la vie autant que les nettoyants à composants chimiques. Si les débuts en la matière ont été des plus mitigées, les progrès en matière de chimie verte ont permis de perfectionner l’efficacité des nettoyants verts.

 

Aujourd’hui, la plupart de ceux qui sont proposés tentent de se rapprocher des produits chimiques. Le résultat à ce jour reste encore pour le moins approximatif. Toutes les marques n’ont en effet pas réussi à atteindre le niveau de satisfaction recherché par les ménages. En plus, la perte d’efficacité pour les plus appréciés intervient généralement entre 12 et 24 mois.

 

Un cout relativement élevé

L’autre détail qui rend les nettoyants écologiques moins compétitifs que les nettoyants chimiques. La chimie verte, comme tout ce qui est écologique, a bien évidemment un coût. Tout le monde n’est pas toujours prêt à le supporter.

 

Il faut par exemple au minimum 7€ pour un flacon de 500 ml d’eau de chaux. Alors qu’un kilo de sac de soude de cristaux de 1kg coute entre 3€ et 6€ selon la marque.  Il faudra débourser au moins 18€ pour un sac de bicarbonate de soude de 2,5 kg et entre 10 et 17€ pour de la cire d’abeille. Quant à la lessive écologique, il vous faudra au minimum 6€ pour une bouteille de 1L. Alors que les bidons de 5L peuvent couter jusqu’à 26€, voire 35€.

 

À côté du coût environnemental et sanitaire de l’utilisation des nettoyants non écologiques, les inconvénients des nettoyants verts semblent pour le moins dérisoires. Que valent quelques euros de plus et quelques minutes de nettoyage supplémentaires si cela peut vous épargner d’un cancer ou d’un asthme ?


 

5.00 avg. rating (97% score) - 1 vote